ORCHIDEES DE FRANCE



Nous proposons ici un accès à une base de connaissances en ligne et une clé interactive des Orchidées de France métropolitaine (via le menu à gauche).

Cette base a été réalisée via l'outil Xper2 et sa version collaborative en ligne Xper3, produit par le laboratoire Informatique et Systématique (LIS) de l'Institut de Systématique Evolution Biodiversité (ISYEB), sous les tutelles du CNRS, de Sorbonne Université (ex-UPMC) et du Muséum national d'Histoire naturelle.

La base traite de 145 taxons et repose sur 100 descripteurs (ou caractères).

Note sur la taxonomie utilisée

Il est difficile de trouver une liste consensuelle de taxons supposés valides car de nombreux genres tels Ophrys ont vu leur nombre d'espèces augmenter significativement ces 20 à 30 dernières années avec certaines espèces à large distribution scindées en plusieurs entités (très souvent cela correspondait en fait à ressusciter des vieux noms publiés au XIXème siècle ou au début du XXème). Des propositions et de nouvelles combinaisons génériques ont également été publiées dans la même période en particulier sur le genre Orchis et à partir des travaux de Bateman et collaborateurs (et tel que précisé dans l'ouvrage de référence Genera Orchidacearum publié par l'Université d'Oxford), travaux revus et discutés ultérieurement par Tyteca et Klein, et Delforge.  Or la reconnaissance des différents genres, et des différentes unités comme espèces distinctes ou leur maintien en tant que taxons infra-spécifiques font encore débat. Les noms et les regroupements que nous proposons peuvent donc être discutables et pourront être modifiés. Ils proviennent de la confrontation de divers articles et flores et de la consultation de bases de données en ligne.

Les bases consultées sont :

Tela Botanica

Tropicos

Kew Monocots

Les Hybrides

Les orchidées ont une fréquente tendance à s'hybrider naturellement entre espèces proches, voire entre genres, pour donner des individus à morphologie atypique ou intermédiaire, mais présentant souvent une forte variabilité liée au degré d'introgression possible avec un des parents. L'hybridation est d'ailleurs chez les angiospermes une source de spéciation (création de nouvelles espèces) et une origine hybridogène est souvent suggérée pour de nombreuses orchidées, en particulier chez les Ophrys. Une grande partie de ces hybrides ont été décrits et nommés, on parle de nothotaxons. Nous ne les inclurons pas tous ici, en partie à cause de la forte variabilité qui caractérise la majorité, mais la base en décrit certains, assez bien connus, et formant des populations relativement pérennes et stables tels Ophrys x arachnitiformis ou Op. x vetula.


Licence CC-BY-NC-SA : Attribution-Pas d'utilisation commerciale-Partage des conditions initiales à l'identique.

-